Qui peut me dire qui je suis ?

De Facto aime chercher à se définir.

De Facto est une compagnie belge francophone active depuis le milieu des années 2000. 

De Facto a, dès ses débuts et sans doute pour toujours, le souci du dire juste, de l’émulation collective et du désir partagé.

De Facto propose un théâtre ludique et engagé dans son temps.

De Facto propose un théâtre qui se veut lucide sur son époque, donc souvent sombre, mais sans oublier que le rire est la politesse du désespoir, et, parfois aussi, un puissant levier de mobilisation. 

De Facto tisse une dramaturgie plurielle, envisage la narration sous toutes ses formes, de la fresque épique au documentaire, du collage au récit, du roman au film, de l’adaptation à l’écriture de plateau, en passant par l’écriture fictionnelle dramatique.  

De Facto aime partager, considère que le public est un acteur à part entière de la représentation et doit, à ce titre, être mis en jeu, en mouvement, en alerte permanente. 

De Facto pense que la forme est politique et que la question de l’adresse est au centre de toute recherche formelle scénique. 

De Facto n’ignore pas que le théâtre est un art minoritaire, que sa diffusion ne rivalise en rien avec celle des médias de masse, mais De Facto croit en la puissance des instants partagés et espère que l’infusion opère, que ce qui est dit ne se perd pas, s’accroche aux consciences et déstabilise les évidences.

De spectacles en spectacles (la liste figure ci-dessous), la compagnie De Facto – dont Antoine Laubin et Thomas Depryck sont les chevilles ouvrières –  ne cesse de se poser la question de ce qui est possible au théâtre et nulle part ailleurs, de ce que le théâtre peut dire, que d’autres arts ne peuvent (a priori) pas. Ou pas de la même manière. Qu’est-ce qui, au théâtre, est spécifiquement théâtral ? Les sujets abordés (la filiation, la grande pauvreté, le pouvoir et ses relations, le travail), les points de vue, et les modes d’adresses se renouvellent à chaque nouveau projet. Inlassablement, l’ouvrage est remis sur le métier. Ces principes, ce modus vivendi artistique, poussent Laubin et Depryck à remettre sans cesse en jeux les fondements, à ré-interroger les places et les processus, à bousculer d’abord leurs propres certitudes.  

Évidemment, il y a des lignes de fond, une trame qui se dessine, des sillons qui se creusent, posés comme des jalons vers un futur qui, bien qu’incertain, adviendra. 

De Facto aime imaginer la face cachée des icebergs, revenir aux racines et suivre celles-ci, en quête de singularité(s), de radicalité(s), de pluralité(s). 

De Facto est une pratique toujours en mouvement. 

 

Les spectacles de la compagnie De Facto

Sous l’effet du mouvement (2005), Notas de cocina (2006), À moi ! (2009), Les Langues paternelles (2009), Les conséquences (2010), Dehors (2012), L.E.A.R. (2013), Démons me turlupinant (2015), Le Réserviste (2015), Szénarios (2015), Heimaten (2016), Il ne dansera qu’avec elle (2016), Crâne (2019), Le roman d’Antoine Doinel (2019), Macadam Circus (2021), Histoire de Maria (Projet-Belgique, 2024).