Actuellement

Le roman d’Antoine Doinel

d’après les films de François Truffaut

Antoine Doinel n’est pas ce qu’on appelle un personnage exemplaire, il est rusé, il a du charme et en abuse, il ment beaucoup et dissimule plus encore, il demande plus d’amour qu’il n’en a lui-même à offrir, ce n’est pas l’homme en général, c’est un homme en particulier. 

F. Truffaut, préface à « Les Aventures d’Antoine Doinel », Ramsay 1987

 

Le roman d’Antoine Doinel est une adaptation pour la scène des cinq films que François Truffaut a réalisés entre 1959 et 1978 – Les 400 coups, Antoine et Colette, Baisers volés, Domicile conjugal et L’amour en fuite – qui racontent les aventures d’Antoine Doinel, à cinq âges de la vie et à travers plusieurs époques. 

Ce personnage drôle et grave à la fois, éternel jeune homme attachant, dont les traits mêlent ceux de son auteur à ceux de Jean-Pierre Léaud – l’acteur qui l’a brillamment incarné – est devenu culte. Il est un visage réel autant qu’intemporel, cinématographique autant que littéraire et théâtral. Toujours en mouvement, un pied dans les situations et l’autre en dehors, déjà ailleurs. S’il n’évolue pas beaucoup, il se précise et s’étoffe au fil du temps. S’il n’avance pas véritablement, il fuit, et sa fuite tourne sans cesse autour d’une féminité inaccessible. Il se pose comme il peut. À côté. Dans les marges. Non en révolte, mais en contrepoint à la norme, tentant en vain d’échapper aux schémas d’une société dont il se méfie et se protège, dans laquelle il ne se reconnaît pas.

Adolescent rebelle, mal aimé, en rupture familiale, il enchaîne les bêtises pour échapper à l’oppression des adultes, aux contraintes, à la soumission. Ses incartades le conduisent dans un centre d’observation pour mineurs délinquants, dont il s’évadera. (1959, Les 400 coups).

Jeune homme indépendant, employé chez Philips, passionné de musique, il se rend à des concerts et conférences et tombe fou amoureux de Colette, une étudiante dont il ne parvient pas à se faire aimer. (1962, Antoine et Colette). 

Virevoltant, en quête de lui-même, d’une famille, d’une relation, il passe d’un métier à l’autre, multiplie les rencontres. Il a une relation adultère avec la fascinante Madame Tabard, la femme de son patron, courtise Christine, musicienne, puis la rejette, puis la retrouve, jusqu’à finir par former, avec elle, un petit couple. (1968, Baisers volés). 

Marié à Christine et père d’un garçon, le couple se disloque. La communication dysfonctionne, le langage s’empêtre. Subjugué par une jeune-femme japonaise, infidèle, il se cherche et se perd. Il tente de dissiper les brumes de son passé en écrivant un roman, mais quelque chose reste irrésolu, insatisfaisant. (1970, Domicile conjugal). 

En 1979, sort L’amour en fuite. Bientôt divorcé, Antoine vit une histoire d’amour avec Sabine. Il a écrit un roman, Les salades de l’amour, sorte de boîte à souvenirs, de narration à enchâssements où l’on zappe constamment d’une époque à l’autre. Son protagoniste littéraire n’est autre que son double…  

C’est en partie sur la structure de ce volet qui clôt la « pentalogie » ou cycle Doinel que le spectacle Le roman d’Antoine Doinel se construit. De glissements en ruptures, dans un dispositif servant la course incessante du personnage, Antoine Laubin dessine à son tour un kaléidoscope rythmé, ludique, fidèle à la grammaire des films et à l’esprit de leur réalisateur. 

*

Truffaut ou les trains dans la nuit : portrait du cinéaste par Thomas Depryck.

*

Adaptation Antoine Laubin et Thomas Depryck

Conception et mise en scène Antoine Laubin

Jeu Valérie Bauchau, Caroline Berliner, Coraline Clément, Adrien Drumel, Philippe Jeusette, Sarah Lefèvre, Jérôme Nayer, Renaud Van Camp, Adeline Vesse

Dramaturgie Thomas Depryck

Assistanat à la mise en scène Quentin Simon

Scénographie, costumes et accessoires Prunelle Rulens, assistée par Odile Dubucq

Lumières Laurence Halloy

Sons Jean-Maël Guyot

Régie générale Benoît Pelé

Chargée de production (De Facto) Laurie-Anne Vanbléricq

Stagiaire mise en scène Héloïse Ravet

La scénographie a été conçue sur base d’un concept développé avec Stéphane Arcas

Une création De Facto, en coproduction avec le Théâtre Varia, Centre scénique de Bruxelles / Théâtre de Liège / Maillon, Théâtre de Strasbourg – Scène européenne, avec le soutien de Shelterprod / Taxshelter.be / ING / Tax Shelter du gouvernement fédéral belge / Ministère de la Fédération Wallonie-Bruxelles – Service du Théâtre.

De Facto est l’une des compagnies associées au Théâtre Varia.

Equipe

Laurence Halloy : Lumières
Antoine Laubin : Adaptation et mise en scène
Prunelle Rulens : Scénographie, costumes et accessoires
Quentin Simon : Assistanat à la mise en scène

Video

Création

Théâtre Varia (Bruxelles) : 24 septembre - 12 octobre 2019
NEST - Thionville : 17 - 19 octobre 2019
Le Maillon - Strasbourg : 11 - 13 décembre 2019
Théâtre de Liège : 2020 - 2021

Galerie